// vous lisez...

Questions - Réponses sur le PEL

Quels changements de budget pour votre portefeuille en 2018 ?

Mercredi 27 septembre, le gouvernement a dévoilé les réformes économiques dans le budget 2018. Au menu, nous avons des baisses d’impôts et des coupes budgétaires. Salaire, retraite, épargne, logement… tous les foyers français devront ainsi prévoir d’importants changements dans leur budget pour l’année prochaine. Il est important de préciser que les changements en question diffèrent selon le statut ou la situation sociale/professionnelle de chacun.

Pour les employés dans le privé

 

 
Les personnes travaillant dans le secteur privé devront se préparer à une montée de 1,7 point de la contribution sociale généralisée (CSG). La bonne nouvelle c’est que les cotisations maladie et chômage seront supprimées en 2018, ce qui permettra de contrebalancer les euros en moins de la cotisation obligatoire et en hausse de la CSG.

Pour les fonctionnaires

 

 

La mauvaise nouvelle c’est qu’il n’y aura pas d’augmentation des salaires en 2018, étant donné que la valeur du point d’indice reste le même qu’en 2017. Les fonctionnaires seront pourtant soumis à la hausse de la CSG. En contrepartie, le gouvernement a promis une compensation comme supprimer la contribution exceptionnelle de solidarité (CES), mais rien n’est encore sûr.

Pour les retraités

 

 
La hausse de la CSG sera également au rendez-vous pour les séniors. La pension de base va cependant augmenter de 0,8 % pour les anciens salariés du privé, des indépendants et des agriculteurs. Aucune hausse n’est cependant prévue pour la retraite complémentaire.

Pour les personnes handicapées

 

 

Bonne nouvelle pour les personnes souffrant de handicap, car l’allocation aux adultes handicapés (AAH) va augmenter en 2018. Le gouvernement prévoit en effet de la faire passer de 811 euros à 860 euros. Le montant devrait même grimper à 900 euros au mois de novembre 2019.

Pour les petits épargnants

 

 

Pour 2018, le Livret A ne suivra pas l’inflation. Le produit d’épargne « préférés » des Français restera ainsi  au taux de 0,75 %, alors qu’il aurait dû monter à 1 % en août dernier. Autre mauvaise nouvelle, tous les comptes PEL (plans épargne-logement) ouverts en 2018 seront soumis à une imposition forfaitaire de 30 %. Le gouvernement a cependant promis que pour tous les comptes ouverts avant le 1er janvier 2018, « les intérêts produits jusqu’à la veille du 12e anniversaire du PEL resteront exonérés d’impôt sur le revenu ».

Pour ceux qui ont un gros patrimoine

À compter de 2018, il est prévu qu’au-delà de 150 000 euros d’encours, l’assurance-vie sera davantage taxée. L’Imposition forfaitaire sera ainsi de 30 % et concernera tous les « assurés haut de gamme ». En contrepartie, le gouvernement va booster l’épargne en actions : ainsi, tous ceux qui ont un revenu annuel de 160 000 euros verront leur imposition passer de 60 % à 30 %.

 

 
Enfin, un nouvel impôt a été créé spécialement pour les plus riches foyers de France : il s’agit de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) qui va remplacer l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et ne concernera que les patrimoines immobiliers.

Pour les locataires ou propriétaires

 

 

Enfin, les locataires et propriétaires pourraient bénéficier d’une taxe d’habitation en baisse. De même pour les aides personnelles au logement (APL) qui vont baisser en 2018, tandis que le calcul va être modifié. La modification en question est surtout prévue pour début 2019. Le gouvernement va veiller à ce que cette réforme ne fera pas perdre ne serait-ce qu’un seul euro aux allocataires.

 

Commentaires

Pas de commentaire.

Rédiger un commentaire