// vous lisez...

Questions - Réponses sur le PEL

Création de société offshore : les principales juridictions

Au moment de créer sa société offshore, il faudra s’interroger sur la meilleure juridiction. En fonction du type d’affaires qui seront conclues ou des transactions qui seront faites, il faudra se tourner vers la bonne destination. Connaître leurs particularités permettra de faire le bon choix. Pour chaque projet, certaines juridictions seront plus adaptées.

Garantir sa confidentialité

Avant d’entreprendre à l’étranger, il est important de savoir que toutes les juridictions ne respectent pas l’anonymat des dirigeants et actionnaires. Les pays signataires AEOI vont faire un rapport immédiat au pays d’origine de l’entrepreneur. Ils ne correspondront donc pas aux besoins du créateur d’entreprise qui veut privilégier la discrétion.

Pour conserver une totale confidentialité, il sera préférable d’opter pour Dubaï, Panama ou les Seychelles. Dans ces juridictions, l’identité des dirigeants et des actionnaires et toujours laissée secrète pour pouvoir faire des affaires en toute sérénité. La création de sa société offshore pourra se faire facilement en étant certain de jouir de cet avantage.

Réaliser des transactions internationales

Pour pouvoir cibler des clients au niveau international, le choix de la juridiction pour sa société offshore est très important. Dubaï ou Hong Kong représentent des places importantes où les échanges commerciaux entre les pays sont particulièrement nombreux. Elles vont permettre les échanges avec le monde entier. Il est également possible de choisir Panama ou Singapour qui possèdent également un pouvoir attractif à utiliser à bon escient.

société offshore

Une fois la juridiction choisie, un directeur sur place devra être nommé pour pouvoir réaliser ces transactions. Ouvrir un compte bancaire offshore avec https://wwww.icd-fiduciaries.com/compte-bancaire-offshore/ permettra de pouvoir faire des achats et encaisser des ventes facilement. La facturation offshore devra être tenue depuis la juridiction choisie.

Se concentrer sur des affaires européennes

Pour une clientèle essentiellement européenne, la création d’une société offshore devra être bien organisée. Détenir une première entreprise en front line est souvent recommandé. Le Royaume-Uni ou l’Estonie permettent de bénéficier de conditions idéales. Un compte bancaire pourra être créé dans ces destinations européennes.

Dans la juridiction choisie, il faudra créer une société de holding ou principale. Pour ce type de projet, Panama, Nevis ou Hong-Kong peuvent être de bons choix. Il est également possible de se tourner vers Singapour, les Seychelles ou Dubaï. Pour des affaires européennes, il faudra demander conseil sur la juridiction où il est préférable d’ouvrir un compte offshore indépendamment de sa société offshore.

Une société offshore pour des transactions immobilières

Une société offshore pour des transactions immobilières

Dans ce cas de figure, il est préférable de choisir une juridiction dont les lois dans le domaine de l’immobilier sont proches de celles du pays d’origine. Pour investir dans l’immobilier aux États-Unis, Nevis apparaît comme le meilleur choix puisque la réglementation est absolument identique.

Pour investir au Royaume-Uni, il sera par contre plus judicieux de se diriger vers la juridiction de Jersey ou les BVI comme les Bermudes ou Gibraltar. Pour l’Europe, plusieurs choix sont intéressants, comme Belize, l’Irlande ou la Suisse. Étudier la réglementation en matière de transactions immobilières permettra de faire le meilleur choix.

Commentaires

Pas de commentaire.

Rédiger un commentaire