// vous lisez...

Questions - Réponses sur le PEL

PEL ou assurance-vie : comment choisir ?

L’assurance-vie reste l’un des placements préférés des Français. Depuis janvier 2018, sa collecte a atteint 12,2 milliards d’euros, soit six fois plus qu’à la même période en 2017, selon les chiffres récemment publiés par la Fédération française de l’Assurance (FFA).

Comment expliquer l’intérêt grandissant des Français pour l’assurance-vie ? Les rendements de ce produit ont varié de 1,8 à 5,3 % en moyenne en 2017, soit plus que le Livret A (0,75 %) et le Plan d’Epargne Logement (PEL) qui affiche un rendement à 1 %. Faut-il pour autant privilégier l’assurance-vie au PEL ? Éléments de réponse.

Le PEL, un taux d’emprunt garanti

Le rendement n’est pas le seul argument du PEL. En effet, ce placement permet à la fois d’épargner et de profiter d’un taux d’emprunt connu à l’avance. Après 4 ans d’épargne, il est ainsi possible d’emprunter à 2,20 %, hors assurances.

Le montant du PEL dépend des intérêts perçus pendant la phase d’épargne. Logiquement, plus l’épargnant aura versé d’argent, plus les intérêts seront élevés, donnant la possibilité d’emprunter un montant plus important. Cependant, les faibles intérêts (1 % par an, 0,70 % suite à l’introduction de la flat tax) ont tendance à limiter l’attractivité de ce produit d’épargne. Enfin, il faut rappeler que le Plan d’Epargne Logement impose des versements obligatoires (540 euros par an). Souscrire un PEL n’est donc pas anodin et contraint la destination de votre épargne pendant plusieurs années.

L’assurance-vie, la souplesse avant tout

assurance-vie

Le fonctionnement de l’assurance-vie est bien différent de celui du PEL. Ce placement se distingue notamment par sa grande souplesse. L’assurance-vie peut être utilisée pour préparer un achat immobilier, financer les études de ses enfants, optimiser la fiscalité d’une succession ou encore profiter de revenus réguliers à tout âge…

Contrairement aux idées reçues, l’assurance-vie n’est pas bloquée pendant 8 ans car il est possible d’effectuer des retraits partiels ou totaux à tout moment. De plus, en cas de retrait partiel, les avantages associés au contrat ne sont pas perdus à l’inverse du PEL qui est clôturé dès le premier retrait.

Depuis la mise en place de la flat tax, la fiscalité applicable à l’assurance-vie est, au pire, similaire à celle du Plan d’Epargne Logement. Toutefois, dans le meilleur des cas, après 8 ans de détention, il est possible d’obtenir plusieurs abattements permettant de faire disparaître tout ou partie de l’impôt dû, hors prélèvements sociaux. Il faut rappeler que l’imposition porte sur les gains et non le capital retiré. Ainsi, les sommes placées sur un contrat d’assurance-vie restent disponibles à tout moment et sans pénalité.

Résultat : PEL ou assurance-vie ?

Finalement, le PEL dernière génération est principalement destiné aux locataires qui envisagent d’acheter un bien immobilier. Les anciens PEL doivent être conservés, notamment ceux de moins de 12 ans qui sont exonérés de PFU (prélèvement forfaire unique). L’assurance-vie est un produit complexe mais plus rentable. Elle est idéale pour répondre à des projets de vie et accueillir votre épargne. Pour en savoir plus sur l’assurance-vie, rendez-vous sur le site Cieleden.

Commentaires

Pas de commentaire.

Rédiger un commentaire