// vous lisez...

Actualités sur le PEL

Rebond national sur le marché de la maison neuve

Rebond national sur le marché de la maison neuve

D’après le dernier bilan des Constructeurs et Aménageurs de la Fédération Française du Bâtiment (LCA-FFB), le marché de la maison neuve en secteur diffus connaît un regain profitable dans toutes les régions de France.

Progression des ventes de 4.7%

Alors que le début d’année semblait de mauvais augure pour l’immobilier neuf selon les données de la Fédération des Promoteurs Immobiliers (FPI) – baisse des ventes de 2.5% – le marché reprend des couleurs.

En témoignent les données du bilan de la LCA-FFB : en secteur diffus (c’est-à-dire hors lotissements) les ventes de maisons neuves ont connu, de janvier à juillet, une évolution de +4.7% soit plus de 123.000 unités. Cela se présente comme un rebond compte tenu du fait qu’en 2018, le marché de la maison neuve avait chuté de -11.2%.

Les Constructeurs et Aménageurs de la Fédération Française du Bâtiment (LCA-FFB) constituent la première organisation représentative de la construction immobilière en France.

Née le 1er janvier 2016 de la fusion entre l’Union des Maisons Françaises (UMF) et l’Union des Constructeurs Immobiliers de la FFB (UCI-FFB), elle rassemble sous une même bannière trois métiers de la maîtrise d’ouvrage privée au cœur de la politique du logement : constructeurs de maisons individuelles, promoteurs immobiliers et aménageurs fonciers.

Trois métiers complémentaires et solidaires réunis pour développer leur intelligence collective et leur force de frappe politique” – Les constructeurs et aménageurs FFB.

Une évolution nationale mitigée

Si toute la France est concernée par ce regain de ventes sur le marché du neuf en rythme trimestriel à fin juillet 2019, certaines régions en bénéficient plus que d’autres. Les Pays de la Loire, la Normandie et l’Île de France ne sont pas les plus avantagées avec des hausses respectives de +1%, +2% et +4%. Certaines zones présentent, en revanche, des chiffres plus que satisfaisants, notamment la Nouvelle-Aquitaine avec +12% de ventes supplémentaires.

Zoom sur la Nouvelle-Aquitaine

Rebond national sur le marché de la maison neuve

Dans un contexte de dynamique à double vitesse, la Nouvelle-Aquitaine affiche un score plus qu’honorable (+12%), bien que devancée par sa voisine occitane (+21%). Alors que septembre sonne l’ouverture du Salon de la maison individuelle à Bordeaux, la rédaction a décidé de s’interroger sur les atouts immobiliers de ce territoire attractif.

Marché du logement neuf bordelais

Au sein de la Nouvelle-Aquitaine, le département de la Gironde réunit, à lui seul, un quart de la population. Toutes les communes de Bordeaux Métropole bénéficient d’une vitalité économique et d’un dynamisme démographique qui sont le terreau de la réussite pour investir dans l’immobilier neuf. Capitale régionale, Bordeaux ne cesse de conforter sa place sur le marché immobilier national grâce à des indices comme :

  • une démographie en hausse de 4% sur 5 ans selon l’Insee,
  • une vie estudiantine riche (+18% d’étudiants en 10 ans selon l’Étudiant),
  • la création permanente d’emplois (près de 2.000 sociétés créées chaque année),
  • un tourisme prolifique (centre-ville classé au patrimoine mondial de l’Unesco),
  • etc.

Aussi, à la question de savoir “où investir à Bordeaux”, les professionnels de l’immobilier neuf s’accordent à dire que le centre-ville aussi bien que la périphérie, présentent des opportunités intéressantes. Cependant, si l’on tient compte uniquement des possibilités concernant les maisons individuelles, il est conseillé de se tourner vers des villes où l’offre est abondante comme c’est le cas de :

  • Bègles
  • Cambes
  • Parempuyre
  • Saint-Aubin-de-Médoc
  • Villenave-d’Ornon

Certaines communes plus excentrées de la métropole sont également très indiquées en raison de leur emplacement avantageux, sur le pourtour du bassin d’Arcachon. L’on peut notamment citer Andernos-les-Bains, Arès, Gujan-Mestras ou encore La Teste-de-Buch.

Au centre-ville de Bordeaux, le quartier de Caudéran est le seul à mettre en avant une offre de maisons neuves. Situé à l’Ouest de la ville, Caudéran est un quartier atypique. Autrefois commune à part entière, son annexion à Bordeaux date de 1965 : ce passé lui confère une identité résidentielle et familiale.

De nos jours, il est à la fois le plus vaste et le plus peuplé des quartiers de Bordeaux avec 45.000 habitants. La présence du Parc Bordelais au sein du quartier Caudéran participe grandement à son caractère attractif.

Un été au beau fixe

Rebond national sur le marché de la maison neuve

Le mois de juillet a été éblouissant, signe qu’un grand nombre d’acheteurs a commencé à anticiper la disparition du PTZ neuf dans les zone B2 et C affirme Christophe Boucaux, délégué général de la LCA-FFB.

En effet, les ventes de maisons neuves ont grimpé de +17.1% : c’est la meilleure performance de ces dix dernières années pour un mois de juillet. Au vu de ces résultats, la LCBA-FFB estime que l’évolution du marché 2019 pourrait se situer entre +2 et +5% par rapport à 2018, soit plus de 122.000 logements.

Alors qu’en 2018, les changements concernant le PTZ n’avaient pas été anticipés par les investisseurs – réduction de 40% à 20% du coût de l’opération dans les villes moyennes et les zones rurales (B2 et C) – cela semble être le cas en 2019, qui marque la suppression totale du dispositif dans ces zones. Grégory Monod, président de la LCA-FFB, estime d’ailleurs que les bons résultats de l’immobilier neuf sont conditionnés aux aides de l’État. Il appelle par conséquent à ce que le PTZ neuf soit maintenu :

En 2019, nous prévoyons un marché des maisons neuves en secteur diffus en hausse de 2% à 5% par rapport à 2018, entre 122.000 et 126.000 ventes. Mais cette situation exceptionnelle ne durera pas si les règles en matière de crédit immobilier changent et si le PTZ neuf se trouve supprimé en zones B2 et C (programmé fin 2019), impactant surtout les ménages modestes. Nous demandons à ce que le PTZ soit prolongé jusqu’à fin 2021, soit un potentiel de 32.000 PTZ distribués tant en 2020 qu’en 2021. 12.000 logements seraient sauvegardés”, Grégory Monod, président de LCA-FFB.

Autre élément en faveur du marché de la maison neuve, les taux de crédit, qui ne cessent de baisser. Les particuliers profitent de cette baisse des taux mais aussi, de l’allongement de la durée moyenne des prêts. De son côté, l’apport personnel réclamé par les banques n’est plus que de 14% en 2019 – atout majeur pour les ménages qui ont du mal à épargner – alors qu’il était de plus de 18% en 2017.

Les conditions bancaires exceptionnelles redonnent du pouvoir d’achat immobilier à un grand nombre de ménages modestes en compensant en partie l’impact du rabotage des aides à l’accession” – Fédération Française du Bâtiment.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!